Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mai 2006 4 04 /05 /mai /2006 21:44
L'atelier du 9 mars nous a vus débattre d'un sujet très "cuisant": nous avons cherché comment y faire avec la montée de la violence verbale, particulièrement chez les jeunes. Situer l'injure, chercher, certes, ce que nous en dit Lacan, mais surtout à quelles impasses nous sommes confrontés dans la pratique. J'en retiens quelques points. Il en va de l'injure comme du witz : l'injure prend sa force de qui se l'applique, parfois de façon toute imaginaire, voire hallucinatoire. Pourquoi des paroles peuvent-elles "faire destin" qui semblent anodines? Et entendre l'intention de l'émetteur, questionner cette intention peut déplacer la question. A été évoquée ainsi la fonction boomerang : celui qui émet des obscénités, que dit-il de lui-même, de ses difficultés? La parole est une arme, avec laquelle on peut faire vaciller l'autre dans ce qui le tient, dans ce qui fait pour lui point de capiton. Mais, si on ne laisse aucun exutoire verbal à l'agressivité, le passage à l'acte, c'est-à-dire la violence physique peut faire éruption. Ce qui découle surtout de nos échanges, c'est l'importance de prendre au cas par cas, d'entendre, de questionner, avant que de stopper, ce qui est parfois nécessaire. 

Nous nous retrouverons le 11 mai de midi à 14 heures, pour un nouvel échange. A chacun de venir avec sa pratique, ses questions, ses trouvailles : circulation de paroles, d'idées et plaisir de rencontres.

Pour l'équipe de CRIPsa,
MJ Brichard
Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents